My Items

Rendez-vous

Rendez-vous

Rendez-vous

Ce Vendredi
Onze heures et demie
J’ai rendez-vous avec l’amour

Je ne sais pas qui elle sera
Mais je suis sûr qu’elle sera là
Peut-être assise peut-être debout
Cheveux coiffés ou cheveux fous
Dans la lumière de l’automne
Pas un sanglot même monotone
Juste un sourire qui apparait
Sur ce visage à peine rêvé

Ce Vendredi
Quatre heures et demie
J’ai rendez-vous avec l’amour

C’est aujourd’hui j’en suis certain
Et cette voix qui n’ me dit rien
Quand je voudrais l’entendre chanter
Cette rencontre tant espérée
Eclat scintillant dans mes jours
Pâles et semblables si lourds si lourds
De toutes les occasions manquées
Et à jamais évaporées

Ce vendredi
Cinq heures et demie
J’ai rendez-vous avec l’amour

Je frissonne juste en y pensant
Et si c’était Oui maintenant
Dans ce café dans cette rue
Ce magasin cette avenue
C’est elle c’est elle là devant moi
Sur ce trottoir rue des émois
Elle me regarde en souriant
Je la regarde en m’esquivant

Ce Vendredi
Six heures et demie
j’ai rendez-vous avec l’amour




Mon rendez-vous avec l’amour
A vécu le temps d’un regard
Par le miracle d'un hasard
Jardin offert à toutes les pentes

Ce Vendredi
Sept heures et demie
J’ai rendez-vous avec l’amour
Et pourtant je fais demi-tour
J’ai rendez-vous avec l’amour
Et pourtant je fais demi-tour
J’ai rendez-vous avec l’amour
Et pourtant je fais demi-tour

Je veux

Je veux

Je veux simplement vivre
Dans le soleil complice
M'amuser à suivre
Les ombres des nuages que le vent plisse

Je veux simplement rire
Aux bruissements des êtres
Quand la joie se distille dans les mots humides de l’amour

Je veux simplement dire
A tous ceux qui m’entourent
La marche silencieuse et fragile des bonheurs langoureux

Je veux simplement lire
Dans vos yeux attentifs
L’humanité sereine et douce des désirs partagés

S’aimer sans le dire
Jouir sans l’écrire
Donner de soi sans trêve
Aller au bout de ses rêves

S’aimer sans le dire
Jouir sans l’écrire
Donner de soi sans trêve
Aller au bout de ses rêves

Je veux simplement dire
La marche silencieuse et fragile des bonheurs langoureux

Je veux simplement lire
Dans vos yeux attentifs
L’humanité sereine et douce des désirs partagés

Je veux simplement rire
Aux bruissements des êtres
Quand l’amour se distille dans les mots humides de la joie


Elle

Elle

ELLE - AILE
Elle avance sur le pont qui enjambe la Seine
Le corps emmitouflé dans un manteau de laine
Elle avance sur ce pont qui enjambe la Seine
Chaque pas dessine au sol la lourdeur de sa peine
Pourquoi pourquoi
Où es-tu maintenant
Pourquoi pourquoi
Où es-tu à présent
Au milieu de ce pont dans le petit jour blême
La pluie fine et têtue mouille plus encore les larmes
Que son coeur étonné d’avoir baissé les armes
Fait naître à chaque seconde quand résonne je l'aime
• Pont Instrumental -
Au milieu de ce pont seule dans la grande ville
Elle arrête sa marche et se tourne vers le fleuve
Collée au parapet à son destin de veuve
Elle ajoute aujourd’hui la mort de sa seule fille
Pourquoi pourquoi
Où es-tu maintenant
Pourquoi pourquoi
Où es-tu mon enfant
Au milieu de ce pont elle ouvre lentement
Le sac tenu serré dans sa main engourdie
En sort quelques tissus de marionnettes finies
Les embrasse longuement les jette soigneusement
• Pont Instrumental -
Aujourd’hui c’est Dimanche jour de tous les pardons
Elle accepte au fond d’elle que tout ne s’explique pas
Que sa fille est partie sans besoin d’un pourquoi
Et elle choisit alors la vie comme horizon
Et elle choisit alors sa vie comme horizon
La vie comme horizon
Sa vie comme horizon

La vie je l'aime

La vie je l'aime

La vie je l’aime
N’pas la quitter
La vie je l'aime
Je t’ai quitté

La vie je l’aime comme cette étoile qui m’a fait naître
Comme ces parents amants aimants
Comme ces caresses sources de l’enfant
Comme ces regards îles de tendresse

La vie je l’aime
N’pas la quitter
La vie je l'aime
Je t’ai quitté

La vie je l’aime comme la beauté bleue de mes rêves
comme la nacre de mes cauchemars
comme la pierre de tous ces départs
comme la buée du jour se lève

La vie je l’aime
N’pas la quitter
La vie je l'aime
Je t’ai quitté

La vie je l’aime comme ces émois du point du jour
comme ces soupirs émerveillés
comme ces élans incontrôlés
comme ces baisers presque d’amour

La vie je l’aime
N’pas la quitter
La vie je l'aime
Je t’ai quitté

La vie je l’aime comme les mots doux de tes paroles
comme nos serments si vite scellés
comme ma pudeur vite déflorée
comme mon corps vite étranger
comme ma bouche cousue fermée
comme ce coeur que tu me voles

La vie je l’aime
Quand même quand même
La vie je l’aime
Et toi tu m’aimes ?

Oh Oui tu m’aimes comme de l’encre sur un buvard
comme une orange que tu oublies
comme un manteau que tu replies
comme un souvenir que tu égares
comme cet ogre qui se bagarre
comme cette main qui me bagarre

La vie je l’aime
Mais pas celle-là
La vie je l'aime
Oui mais plus toi

La vie je l’aime et je l’aimerai
aussi longtemps que je serai
La vie je l’aime et je saurai
La vivre encore bien des années

Toutes les chansons

Toutes les chansons

Toutes les chansons parlent de toi
Quand elles sont des chansons d'amour
Toutes les histoires parlent de soi
Quand elles racontent le temps qui court

Sur la terre de nos émotions
Tu poses tes joies épanouies
Moi j’emprunte le chemin de la vie
Qui me conduit à la passion

Toutes les chansons parlent de nous
Quand elles sont des chansons d’amour
Toutes les histoires parlent des fous
Qui font rimer amour toujours

Sous le ciel de nos sentiments
Tu graves des promesses éternelles
Moi je crois aussitôt en elles
Qui m’entrainent vers tant de tourments

Toutes les chansons parlent de vous
Quand elles sont des chansons d’amour
Toutes les histoires parlent de nous
Quand amour rime avec retour

Dans le lit de toutes nos phrases
Tu fais chanter nos voix secrètes
Moi je franchis toutes les crêtes
Qui font obstacles à nos extases

Toutes les chansons parlent de vous
Quand elles sont des chansons d’amour
Toutes les histoires parlent de nous
Quand amour rime avec toujours
Toutes les chansons parlent de toi
Quand elles sont des chansons d'amour
Toutes les histoires parlent de soi
Quand elles racontent le temps qui court


Absent

Absent

Tu t’en vas où quand t’es plus là…
Quand tu t’évades de ton regard
Tu t’en vas où quand t’es hagard
On t’croit ici tu n’y es pas


J’voudrais te suivre
sur les chemins
de tes errances
ombre de l’absence
ombre du repli
A l'infini
Dans ces labyrinthes
où tu t’éreintes

Retrouver la lumière
Celle d’hier
Dans le noir
De ta mémoire
Eclairer les impasses
Qui lassent
Les souvenirs
De ton désir

Tu t’en vas où quand t’es plus là…
Quand tu t’évades de ton regard
Tu t’en vas où quand t’es hagard
On t’croit ici tu n’y es pas

C’est plus les mots
Qui te décident
C’est plus les joies
Qui te dérident
C’est plus les pleurs
qui te délitent
T'es quoi alors
En plus du corps

Dans la glace des yeux
De ton âme en creux
Où tu n’y es pas
Où j’n’y suis pas
Je cherche en vain
La trace des liens
d’la vie d’avant
La vie d’absent

Tu t’en vas où quand t’es plus là…
Quand tu t’évades de ton regard
Tu t’en vas où quand t’es hagard
On t’croit ici tu n’y es pas

Absent à toi
Absent à moi
Absent du jour qui apparait
Absent du temps qui disparait
Absent de l’être et de l’amour
Absent du monde et pour toujours
Parfois tout de même
Cette lueur
Fragile comme la mèche qui s’épuise
Parfois tout de même
Cette lueur
Parfois tout de même
Pour que je t’aime

Adopté

Adopté

Je ne suis plus
Je ne suis pas
C’que j'étais
Je ne sais plus
Tu m’as voulu
j’suis devenu

J’étais ailleurs j’sais même pas où
dans ce nulle part dont seul je rêve
De ce pays d’où j’crois qu’je viens
Il ne me reste qu’une impression
Comme l’instagram de quelqu’un d’autre
Sur le mur emprunté d' Facebook
Et toi tu crois qu’j’suis ton enfant
Quand je ne sais pas qui je suis
Où coule le fleuve de mes ancêtres
Ce ruisseau sale comme un faubourg
où les enfants jouent à la guerre
Car ils ne connaissent pas l’amour

Je ne suis plus
Je ne suis pas
C’que j'étais
Je ne sais plus
Tu m’as voulu
j’suis devenu

Et ton amour qui m’écartèle
dans ce pays si doux trop doux
Où chaque larme devient sourire
Par le miracle de ta tendresse
Regard posé sur mes émois
Douceur offerte à mes colères
Tes mains tendues ouvertes aimantes
Dans l’espace de nos différences
Elles se referment sur les miennes
Enfin sensibles à ton amour
Et ce désir et ton désir? / Et cet avenir cet avenir?
Immense plage à découvert

Je ne suis plus
Je ne suis pas
C’que j'étais
Je ne sais plus
Tu m’as voulu
J’suis devenu

Et je m’y baigne enfin enfin
Dans l’eau laiteuse de ce présent
Où ta présence dans ce silence
Chante le plus bel hymne d’amour
Et si je dev’nais simplement
Celui qui brille dans ton regard
Celui qui existe dans ton âme
Là où s'est conçu cet enfant
Ton enfant déjà presque adulte
Et trop longtemps objet de culte
Moi

C'est quoi l'amour

C'est quoi l'amour

C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Tous ces rêves de soi en l'autre
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Tous ces rêves de l'autre en soi
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Un horizon qui se déploie
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Immensité de toi à moi

C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Une fenêtre ouverte sur ce ciel
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
De tes yeux fruit couleur d'airelles

C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Un frisson croquant de délices
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Sucrés comme le fruit de tes cuisses
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Une coccinelle sur ton corsage
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Mental comme ce paysage

C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Un regard qui prend son envol
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Dans nos deux coeurs en corolles

Un rayon doré qui se pose
Sur le lit de toutes nos névroses
Un frôlement de nos 2 mains
Promesse de nos lendemains
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Un homme qui redevient enfant
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Jouant avec le fil du temps
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Un élan si irrépressible
C'est quoi l'amour C'est quoi l'amour
Miracle de tous nos possibles

PONT MUSICAL : Piano et chello qui se répondent


C'est ça l'amour C'est ça l'amour
Et tout ce que je n'ai pas dit
C'est ça l'amour C'est ça l'amour
Toutes les couleurs de votre vie
C'est ça l'amour C'est ça l'amour
Vous le savez si bien pour vous
C'est ça l'amour C'est ça l'amour
Ce soleil fou qui est en vous

C'est ça l'amour C'est ça l'amour
C'est ça l'amour C'est ça l'amour
C'est ça l'amour C'est ça l'amour

Ce soleil fou qui est en vous
C'est ça l'amour C'est ça l'amour
Ce soleil fou qui est en vous
C'est ça l'amour C'est ça l'amour
Ce soleil fou qui est en vous
C'est ça l'amour C'est ça l'amour
Ce soleil fou qui est en vous

La voix du silence

La voix du silence

Tu as choisi enfant les oiseaux les nuages
Comme confidents intimes comme compagnons de route
Témoins de tes bonheurs, de ton cœur en déroute
Sur les chemins obscurs des traversées de l’âge

Les oiseaux...
Tu parles leur silence
Et leur silence te parle
Bien au delà des mots
D'où naissent tant de maux
Tu parles leur silence
Et leur silence te parle
Les oiseaux

Les formes des nuages mouvantes à l'infini
Dessinent le corps des rêves enfants de ton esprit
S’effacent effarouchés timides et réservés
Quand le tonnerre des voix assène ses vérités

Les oiseaux
Tu parles leur silence
Et leur silence te parle
Bien au delà des mots
D'où naissent tant de maux
Tu parles leur silence
Et leur silence te parle


Les oiseaux dans leur vol se moquent en spirale
Des certitudes glacées fragiles comme un cristal
Ce jour tant adulées et demain hors du bal
Leur silence abolit notre vide initial

Les oiseaux
Tu parles leur silence
Et leur silence te parle
Bien au delà des mots
D'où naissent tant de maux
Tu parles leur silence
Et leur silence te parle
Les oiseaux….les oiseaux…les oiseaux

Déprime

Déprime

Déprime

Tu déprimes tu déprimes
Tu te mets en abîme
Suffit qu'tu changes ton film
Voilà la vie en prime
En déprime C ta vie qui trime
Sans déprime t'as la vie en prime
On te fait croire que t'y peux rien
Que C comme ça C ton destin
Ou ton karma qu'C pour ton bien
Ou bien la faute de tes fantômes
Papa Maman Mamy Papy
Tatie Daniele tonton Jérôme
Les guerres d'hier les colonies
La crise mondiale celle d'aujourd'hui
Tous les humains dans la misère
À tout à tout tu dois dire Oui
Même si tu t'retrouves en galère
Et puis attends C pas fini
Lorsque viendra le bout d'ta vie
Que la mort s'ra ton avenir
Qu'tu n'pourras plus faire demi-tour
Qu't'auras raté même tes amours
Il ne te restera que le pire
Derniers instants irréversibles
D'un autre t'aurais vécu la vie
Jamais la tienne à l'infini
REFRAIN :
Tu déprimes tu déprimes
Tu te mets en abîme
Suffit qu'tu changes ton film
Voilà la vie en prime
En déprime C ta vie qui trime
Sans déprime t'as la vie en prime
Ça tu le sais au fond de toi
Alors agis dépêche - toi
Reprends la main sur tes séquences
Éloigne toutes ces manigances
Tourne le film qui est le tien
Valeurs morales tout ça C bien
Dans ta musique de vérité
Enfin joyeux.. éternité
Dans ce voyage sur cette terre
Avant de retrouver l'éther
Tu seras devenu toi-même
Épanoui au jour le jour
Au mieux des peines et des amours
Dans l'énergie de c'que tu sèmes
REFRAIN :
Tu déprimes tu déprimes
Tu te mets en abîme
Suffit qu'tu changes ton film
Voilà la vie en prime
En déprime C ta vie qui trime
Sans déprime t'as la vie en prime